Les 3 pièges du bio

Pour beaucoup, manger sain va souvent de paire avec manger bio. En fait, il est primordial de choisir la culture biologique pour certains produits, notamment les fruits et légumes afin qu’ils ne contiennent pas de pesticides, mais aussi pour les produits animaux car ils seront plus riches en bons nutriments (les oeufs issus d’élevages intensifs contiennent beaucoup d’acides gras oméga 6 tandis que les oeufs bio en contiennent peu, mais plus d’oméga 3), et les êtres vivants ne sont pas soignés aux antibiotiques (qui se retrouvent dans notre assiette). D’un point de vue éthique, choisir une alimentation biologique, c’est refuser le traîtement infligé aux animaux élevé en masse : espace de vie restreint, alimentation inadaptée, prise de médicaments sans distinction entre animaux malades ou non, abattages à la chaîne, etc.

Seulement, l’agriculture biologique est souvent source de confusions, et il est fréquent de faire fausse route lorsque l’on souhaite concilier diététique et alimentation bio. Voici trois points dont il faut se méfier lorsque l’on désire consommer biologique :

1. Alimentation biologique ne veut pas dire alimentation diététique…

Si vous êtes déjà allés dans un magasin bio, vous avez pu remarquer qu’il y a tout un rayon avec céréales sucrées, biscuits, pâtes à tartiner, etc. Au lieu de craquer sur une boîte de cookies industrielle, acheter une boîte de cookies bio fabriqués à partir de chocolat équitable vous fera enlever toute culpabilité d’avoir fait un écart dans votre diète. A tort ! Car ces produits, certes fabriqués à partir de matières premières éco-responsables et sans produits chimiques néfastes pour votre santé, contiennent malgré tout du sucre, et ils sont dans tous les cas un apport caloriques en excès par rapport à votre plan alimentaire que vous vous étiez fixé.

Là où cela est intéressant, c’est lors de cheat meal, ou de cheat day suivant dans quel cas vous êtes, de préférer ce genre de produits bien plus innoffensifs pour la santé que les produits industriels, et bien souvent la recette totale est beaucoup plus simple que les produits « classiques » contenant des dizaines d’ingrédients dont certains sont très douteux voire clairement reconnus comme néfastes. Mais il ne faut pas oublier de prendre en compte le fait qu’il s’agit d’un écart !

____________________

Envie d’apprendre à construire votre propre programme et votre diète personnalisée ?
Découvrez comment progresser en fonction de votre morphologie et sans reproduire les erreurs les plus courantes :

____________________

2. … et des produits dits « diététiques » sont néfastes pour la santé

En matière de diététique il existe un certain nombre de produits vantés comme étant sains pour la santé. Prenons l’exemple du fructose : issu du fruit, cette molécule de glucide est réputée pour avoir un index glycémique bas, ce qui semble être plutôt une bonne nouvelle puisque les aliments à index glycémiques élevés sont légitimement incriminés pour la santé, notamment car il favorise la résistance à l’insuline pouvant provoquer le diabète et l’obésité. Cependant, le fructose, lorsqu’il est naturellement présent dans le fruit (à environ 1% de son poids total), apporte de l’énergie sur le long terme, de par son assimilation lente dans l’organisme ; mais ça n’est pas le cas lorsque le fructose est isolé ! Il faut rappeler que les fruits contiennent des fibres, ralentissant la digestion, et que les glucides qu’ils contiennent sont en très faibles proportions. Le fructose seul, issu du sirop de maïs, sera dabord stocké au niveau du foie puis rapidement sous forme de graisses à des endroits indésirables tels que la ceinture abdominale, les hanches et les fesses, et pourra aussi être reponsable du développement du diabète de type 2. Donc certes, du sirop de fructose bio ne sera pas issu de sirop de maïs OGM, mais sera tout autant coupable de vous rendre gros et malades que son homologue industriel.

3. L’alimentation biologique coûte cher

On dit souvent qu’acheter bio est réservé à une certaine élite. En effet, un grand nombre de produits biologiques reste beaucoup plus chers en comparaison à son équivalent industriel. Mais c’est surtout le cas pour les produits déjà assemblés ou cuisinés. Il est important de garder en mémoire que la meilleure des cuisines est celle que l’on fait soi-même : si l’on achète uniquement fruits, légumes et produits animaux biologiques séparément, la note ne sera pas si élevée que ça. Afin de rester dans un budget convenable, voici quelques astuces à noter :

  • achetez vos fruits et légumes bio entiers
  • achetez en grandes quantités plutôt qu’en petits contenants, cela revient en général moins cher au kilogramme
  • lorsque vous prévoyez vos courses, faites une liste à l’avance que vous respecterez
  • dépensez un peu plus d’argent dans des produits biologiques et sains, en échange promettez-vous de ne pas craquer pour un sandwich ou une pizza lorsque vous n’aurez pas suffisamment de temps ou de motivation pour cuisiner, quitte à préparer quelques plats à l’avance à surgeler en prévention de ce genre de situations
  • réduisez votre consommation de viande et poissons, privilégiez les oeufs comme source de protéines. Mais n’oubliez pas de manger au moins une fois par semaine des poissons gras (saumon, maqueraux, sardines, harengs) pour un apport en DHA et EPA (omégas 3) de qualité, et une fois également de viande rouge pour un apport en fer. Pour le poulet, que vous pouvez manger plus régulièrement, vous pouvez vous tourner vers le Label Rouge qui est une garantie fiable mais moins coûteuse que le bio. Vous pouvez également vous tourner vers les protéines végétales comme le tofu
  • il est inutile d’acheter votre saumon bio, car même s’il est d’élevage « biologique », il contient tout de même des pesticides (si !), tandis que le saumon sauvage vous apportera des nutriments sains et de bonne qualité
  • de plus en plus de grandes surfaces proposent des rayons bio à prix abordables, profitez-en !

Pour aller plus loin :

Manger peut-il nuire à notre santé ?

Laisser un commentaire