Comment maigrir localement ?

Parfois, une seule zone de notre corps ne nous satisfait pas, et malgré de nombreuses tentatives pour y remédier, rien de positif ne se produit, et cette zone rebelle peut devenir l’objet d’une véritable obsession. En vérité, s’acharner à faire des relevés de jambes ne pourra jamais éradiquer « le gras en bas du ventre ». Il faut se faire à l’idée que de manière générale, c’est l’alimentation qui permettra de perdre du gras. Mais il est impossible de sécher localement par la nutrition ! Cependant, si une zone est rebelle, il faut identifier pour quelle raison, et seulement à partir de ce moment-là il est possible de trouver la solution adaptée !

Pourquoi j’ai des zones rebelles, et comment y remédier

1 – Une mauvaise irrigation sanguine

Au niveau des hanches, des fesses et des cuisses notamment, certaines personnes (des femmes principalement) ont tendance à avoir une mauvaise circulation sanguine, ce qui peut provoquer de la cellulite. Voici comment faire pour améliorer sa circulation sanguine :

  • faire des exercices de musculation isolés en série longue et légère afin d’optimiser le flux sanguin à l’endroit qui pose problème

Une fois par jour, faites 4 séries de 100 répétitions d’un exercice d’isolation de la zone en question (ex : leg curl allongé si gras derrière les cuisses)

  • terminer sa douche par un jet d’eau froid sur la zone en question pendant plusieurs minutes
  • se masser localement pour stimuler la circulation sanguine à l’aide de produits spécifiques
  • boire des infusions de vigne rouge
  • intégrer des fruits rouges (myrtille, cassis) dans sa diète.

2 – L’influence hormonale d’une alimentation déséquilibrée

L’alimentation joue un rôle primordial en ce qui concerne le lieu de stockage des graisses, notamment grâce à l’insuline. L’insuline est l’hormone responsable de faire baisser la glycémie sanguine afin de retrouver un taux de sucre normal dans le sang après un repas ; elle s’active donc au moment où le sucre passe dans le sang. Lorsque le sucre est digéré trop rapidement, le corps subit un pic d’insuline, et cela aura pour conséquence que le gras sera stocké en priorité au niveau de la ceinture abdominale. Pour savoir si un aliment contenant des glucides passera rapidement dans le sang ou non, on a créé le concept d’index glycémique (IG) qu’on mesure sur une échelle de 1 à 100. Plus l’IG d’un aliment est élevé (par exemple 100 pour le glucose), plus cela signifie que la glycémie grimpera rapidement après son ingestion, et provoquera une action insulinique trop brutale.

Il est à savoir qu’un excès de pic d’insuline peut conduire à une résistance à l’insuline, c’est-à-dire au diabète de type 2.

Voici de quelles manières éviter que cela se produise :

  • diminuer les aliments à index glycémique élevé (pains, pâtes, jus de fruits, sodas, biscuits, sucre raffiné, riz blanc, riz gluant, pommes de terre, légumes trop cuits…), et les remplacer par des glucides à IG bas (légumes cru, cuits au wok ou à la vapeur, fruits entiers, patate douce, riz basmati, pâtes complètes al dente…)
  • manger beaucoup de légumes afin d’avoir un apport conséquent en fibres. Les fibres permettent de ralentir la digestion, les sucres passent donc moins rapidement dans le sang
  • ne surtout pas supprimer les lipides de son alimentation, voire les augmenter s’ils sont insuffisants (au moins un gramme par kilo de poids corporel par jour) : ils ont les mêmes effets que les fibres sur la digestion des glucides
  • ajouter à son entraînement des exercices polyarticulaires lourds en séries courtes afin d’améliorer sa réponse à l’insuline
  • débuter ses repas avec des infusions spécifiques de plantes luttant contre la résistance à l’insuline : feuilles de thé vert, écorces de cannelle, curcuma, gingembre, cumin, jus d’aloe vera, baies (myrtilles, canneberges, aronia noire…)
  • rétablir un bon équilibre entre oméga 3 et oméga 6 (augmenter sa consommation de poissons gras, d’œufs bio, de graines de lin/chia, d’huile de colza et de noix, et diminuer sa consommation d’huile de tournesol, de pépins de raisin et de soja, d’œufs issus d’élevages intensifs, de plats préparés, etc…)

3 – Une mauvaise digestion

Une mauvaise digestion peut causer des ballonnements, certains aliments favorisent l’inflammation intestinale : ce sont deux causes qui peuvent faire gonfler le ventre. Il n’agit certes pas de gras, mais pour avoir un ventre plat, il est important d’adopter certaines habitudes :

  • cultiver une flore bactérienne intestinale favorable, grâce à une alimentation saine, avec des produits frais et riches en fibres ; la prise de probiotiques peut être une aide, notamment après un traitement aux antibiotiques qui fragilise lourdement la flore intestinale ;
  • boire un jus de citron dilué dans de l’eau tiède chaque matin à jeun ;
  • mâcher suffisamment ;
  • boire beaucoup d’eau dans la journée, mais pas pendant les repas ;
  • éviter les boissons gazeuses ;
  • ne pas mâcher de chewing gum ;
  • supprimer le gluten et les produits laitiers de son alimentation, car ils sont cause d’inflammation intestinale en augmentant leur perméabilité, comme si l’intestin, qui est un filtre pour ne laisser passer que les bons éléments dans notre organisme, devenait une véritable passoire (ce qui permet dans le même temps aux bactéries néfastes de pénétrer dans le sang).

4 – Un déficit hormonal (testostérone, hormones thyroïdiennes, hormone de croissance)

Un déficit hormonal est un problème qui a priori ne devrait toucher que les personnes d’un certain âge. Pourtant, beaucoup de personnes jeunes sont touchées, à cause d’une alimentation déséquilibrée et d’un grand manque d’activité, mais aussi à cause des perturbateurs endocriniens que l’on retrouve dans beaucoup de produits du quotidien (plastiques, cosmétiques etc…). Dans tous les cas, il est important de prendre des mesures adaptées, car en plus de provoquer des déséquilibres au niveau de la silhouette (gros ventre, gras sous les bras) cela pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé :

  • en tout premier lieu, consulter son médecin qui saura dire s’il y a un déficit et prescrira si besoin le traitement adapté
  • fuir les perturbateurs endocriniens, présents dans le plastique, les produits de nettoyage et d’entretien, les cosmétiques, etc… Chercher sur l’étiquette : paraben, phtalates, EDTA, bisphénols, phénoxyethanol
  • augmenter son apport en protéines animales
  • diminuer sa consommation de glucides à IG élevé
  • favoriser un entraînement court mais intense de type HIIT (fractionné)
  • prendre des compléments de zinc
  • prendre un complément de vitamine D3Exemple de plan d’entraînement type : 4 séries de 5 répétitions max sur un exercice polyarticulaire de type soulevé de terre ou squat qui vont améliorer la sensibilité à l’insuline, augmenter la production de testostérone et renforcer les muscles abdominaux profonds (importants dans le maintien viscéral, qui aidera à retrouver un ventre plat), suivies de 2 ou 3 exercices à raison de 3 ou 4 séries de 8 à 12 répétitions pour chacun, pour stimuler l’hypertrophie musculaire, et terminer par une séance courte de HIIT ( par exemple un round de tabata qui ne dure que 4 min en tout) qui va avoir des effets sur la production de testostérone et sur l’accélération du métabolisme.

5 – Trop de stress

Le stress est un facteur très présent dans notre société moderne. Etre trop stressé augmente le taux de cortisol, une hormone qui provoque le catabolisme musculaire et qui empêche la fonte de masse grasse.

De plus, être stressé cause souvent des désordres au niveau intestinal, ce qui rend le ventre gonflé. En effet, l’intestin est le lieu qui possède le plus de neurones dans notre corps après le cerveau : les deux sont en connexion très forte. Une contrariété peut provoquer immédiatement un gonflement et une inflammation de l’intestin.

Pour diminuer le stress, il est important d’être bien dans sa peau, d’aimer sa vie, de savoir voir les choses de manière positive… c’est donc un véritable travail sur soi qu’il faut mener. Changer de lieu de vie, d’orientation professionnelle, peut parfois être indispensable !

Mais avant d’en arriver à là, il est possible d’améliorer son hygiène de vie par de petits gestes quotidiens :

  • Baisser sa consommation de sucre (et autres glucides à IG élevé), car il baisse le taux de sérotonine dans le sang, hormone « anti-stress » et qui sert à freiner les pulsions, à savoir rester calme en cas de situation alertante. En fait, de même que le glucose, le taux sanguin de sérotonine va augmenter considérablement suite à l’ingestion de glucides à IG élevé, et à cause de l’action de l’insuline, il va baisser tout aussi vite qu’il est arrivé. Il est plus intéressant de consommer des glucides à IG bas, car ils vont également produire de la sérotonine mais sans causer de pic d’insuline : le taux de sérotonine dans le sang restera stable et durable. D’ailleurs il a été montré que manger trop sucré peut rendre violent, voire dépressif, et a été impliqué dans certains cas de démence.
  • Manger un repas riches en protéines le soir, car celles-ci stimule la production de mélatonine, hormone du sommeil.
  • Ne pas prendre un repas trop riche en lipides, car ceux-ci peuvent être lourds à digérer.
  • Éliminer les aliments pro-inflammatoires ou provoquant des intolérances (une mauvaise santé digestive affecte fortement les pensées et l’humeur de manière négative ; il ne faut pas oublier que l’intestin est notre « deuxième cerveau »).
  • Savoir prendre du temps pour souffler, instaurer dans son emploi du temps journalier un moment rien qu’à soi qui permet de se détendre.
  • Diminuer le temps devant les écrans, surtout avant de dormir, car la lumière des écrans bloque la production de sérotonine.
  • Faire de bonnes nuits de sommeil ; la qualité est plus importante que la quantité ! Débrancher les appareils électriques dans sa chambre, dormir dans le noir et le silence total, à température idéale (18°C).
  • Ne surtout pas prendre d’anxiolytiques, somnifères ou autres produits visant à mieux dormir : ils auront l’effet inverse. Préférer prendre des tisanes calmantes (valériane, tilleul, verveine, aubépine).
  • Prendre un complément alimentaire de magnésium, et manger du chocolat noir !

1 commentaire sur “Comment maigrir localement ?”

Laisser un commentaire